Loot bouquins de Septembre 2016

Posted By Svetlana Mori le 4 octobre 2016

On trouve toujours moyen d’acheter des bouquins. Quand le budget suit pas, on se rabat sur l’occasion dans les bouquineries. Et les bouquineries, pour une book addict, c’est encore plus dangereux que la Fnac : parfois, on trouve de l’état neuf pour trois fois rien ; d’autres fois, de l’état un peu moins bon, mais qu’on guettait depuis TRES longtemps ; d’autres fois encore, de très bonnes affaires qui encouragent à se laisser tenter.
Au programme donc, un peu de neuf, beaucoup d’occase ; des wishlistés de longue date et des achats coup de tête ; de la paranormal romance comme toujours, de la fantasy, mais aussi de l’aventure, du polar et de la romance historique (pour tester). Et de la VO !

Ce mois-ci, il n’y a que des nouveautés…

Les nouvelles séries

Requiem pour Sascha, série complète
paranormal romance

Acheter le tome 1 sur Amazon

Mes amis m’appellent Sascha, mes ennemis ne me connaissent pas.
Cela dit, je ne sais pas vraiment non plus qui ou ce que je suis. Ça ne m’a jamais empêchée de profiter de la seule chose positive que cette vie a bien voulu me donner : mon pouvoir, posséder le corps de n’importe qui d’un simple contact. Ce don étrange me permettait d’éliminer les suceurs de sang, ceux qui ont brisé mon existence.
Jusqu’au jour où j’ai rencontré Raphaël. Énigmatique, létal, irrésistible, totalement immunisé contre mon pouvoir… et en mesure de me fournir la vengeance qui m’échappe depuis tant d’années.

Une fois de plus, une trilogie dont j’avais trouvé l’extrait sympathique, en particulier grâce au pouvoir de l’héroïne, plutôt original, mais aussi à son caractère piquant et au démarrage sur les chapeaux de roues.
Mais alors que la série n’avait que des arguments positifs (finie en seulement trois tomes moins chers que la plupart des autres volumes chez Milady), il aura fallu qu’elle soit restockée en rayon pour que je me décide à finalement craquer.

P’tit Cousu, tomes 1 et 2
/!\ Avenir de la série incertain en France, traduction en pause après 3 tomes parus sur 6 (série toujours en cours) /!\
fantastique

Acheter le tome 1 sur Amazon

Si vous apercevez au loin le sombre château de Grottegroin, surtout, surtout, REBROUSSEZ CHEMIN !
Car c’est là que vivent le professeur Erasmus, le plus fou des savants fous, et les horribles monstres qu’il a créés. Parmi eux, il y a P’tit Cousu, la toute première création du professeur, une créature faite de bric et de broc, qui n’a qu’un désir : qu’on se souvienne de lui…

Avec sa tranche noire, P’tit Cousu attire immanquablement l’œil dans une pile de livres, en particulier au milieu des rangées colorées du rayon jeunesse. Et on pourrait craindre que vu le très jeune public visé, la lecture soit ennuyeuse pour les adultes… Pas du tout ! Le vocabulaire n’est pas aussi simpliste qu’on pouvait le redouter, et si le livre est très riche en illustrations, celles-ci, magnifiques, mettent parfaitement dans l’ambiance Burtonienne du titre : sombre, plus encore quand on pense qu’il s’agit d’un bouquin « à partir de 9 ans » !
Du coup, feuilletez-le : pour qui aime l’esthétique du truc, le côté jeunesse ne vous rebutera sans doute pas.

Chat Noir, série complète
fantasy

Acheter le tome 1 / le tome 2 / le tome 3 sur Amazon

Qui est donc Chat noir, l’insaisissable voleur aux griffes de métal ? Un malfaiteur ? Un justicier ? Le seigneur de Deux-Brumes a promis une forte récompense à qui le prendra mort ou vif.
Pour Sasha, le fils du forgeron, l’occasion est trop belle : un tel exploit lui gagnerait à jamais le cœur de la belle Phélina, la baronnette dont il est amoureux.
Mais au jeu du chat et de la souris, qui attrapera qui ? Quand le jeune garçon découvre la véritable identité de Chat Noir, il est trop tard. Son propre piège s’est refermé sur lui…

Chat Noir est un achat « accidentel » : ma mère et moi cherchions un cadeau pour l’anniversaire d’un petit cousin âgé de dix ans… autant dire qu’une certaine partie de ce que j’ai regardé pour lui était susceptible de m’intéresser aussi… vous devinez la suite. J’ai toujours aimé, non, ADORÉ les histoires de voleurs. Ce n’est pas pour rien que Gellert Grindelwald reste mon personnage préféré dans Harry Potter : oui, JUSTE à cause du moment où il s’enfuit par la fenêtre en narguant Gregorovitch (la classe ultime ! ♥ *fangirl* ).

Bref, vous l’aurez compris, difficile de résister à ce roman fantasy jeunesse, même si les couvertures sont moches. Roman et non pas série, car oui, il ne s’agit que d’une seule histoire coupée en trois. Le premier tome ne feint même pas de proposer une fausse fin, ça coupe vraiment en plein milieu, au plutôt à peine au début du truc. Le second propose quant à lui une meilleure interruption, mais mieux vaut acheter les trois en même temps…

Mis à part le parler de deux des personnages, pour lesquels l’auteur a eu l’idée étrange de restituer les intonations particulières à l’écrit tout au long de leurs dialogues (franchement, préciser une fois qu’untel s’exprime avec un accent du sud se serait avéré moins pénible à lire et aurait largement suffi!), il n’y a rien à redire côté narration, même si le truc est destiné aux préados à la base.

C’est en partie dû au fait que l’histoire nous est contée du point de vue du héros, qui est un jeune homme de seize ans, pas forcément dégourdi dans tous les domaines (la fille sur laquelle il a flashé pourrait avoir « garce-qui-se-fout-de-ta-gueule » peint en rouge sur le front qu’il ne s’en apercevrait toujours pas), mais somme toute assez attachant, et mûrissant énormément entre le début et la fin de l’histoire. Et il n’est pas le seul : mention spéciale à son meilleur pote, très… spécial mais par moments tellement acide, fataliste et réaliste qu’on ne peut QUE l’adorer.

L’auteur nous embarquera d’un premier tome vraiment gentillet à des histoires de complot plus sérieuses dans le second, jusqu’à la guerre dans le troisième.
Et si l’on déplorera la façon très maladroite et beaucoup trop légère dont Yann Darko a traité un élément déjà assez casse-margoulette en lui-même de son scénario, on lui pardonnera en songeant que trop de noirceur n’aurait pas collé à l’ambiance du roman. On regrettera aussi quelques rebondissements qu’on voit venir à des kilomètres, et surtout, la conclusion de l’intrigue, bâclée. Après trois tomes entiers très bien construits, il a fallu que l’auteur traite par dessus la jambe l’affrontement final, dont une ellipse de plusieurs jours nous prive. Même si c’est un roman jeunesse, de qui se moque t-on ? Surtout qu’il n’a pas lésiné sur le côté épique voire légèrement violent plus tôt dans l’histoire. Et ne parlons même pas d’une pirouette scénaristique très très moyenne juste avant ça.
Après, la conclusion en elle-même n’est pas mauvaise. C’est vraiment du côté narratif qu’il y a un problème, comme si l’auteur avait manqué de temps, ou de place, et dû finir au plus vite. Faut-il pour autant se priver de Chat Noir à cause de ça ? C’est bien dans le premier tome, ça devient très très bien dans le second, et excellentissime pendant 90% du troisième, avant de se péter magistralement la gueule. Il y a bien l’épilogue qui atténue un peu le sentiment de gâchis, sans parvenir à le faire oublier, mais ce serait quand même dommage de passer à côté.

Bref, Chat Noir, c’est de l’aventure, de l’humour, quelques passages assez épiques, mais il ne faut jamais oublier qu’on n’est pas dans Les mensonges de Locke Lamora ou dans Thief, ce n’est *pas* de la dark fantasy, même si ça aurait très facilement pu le devenir si ça n’avait pas été un roman jeunesse. Mais chouiner sur ce qu’aurait pu être Chat Noir serait se gâcher le plaisir. En l’état, c’est déjà une lecture agréable et légère, et parfois, c’est bien de ne pas chercher plus loin.

Pour les curieux, j’en dis plus dans ma critique du tome 1 (reprenant un tout petit bout de ce texte de présentation) et du tome 3 (liens sont au dessus du résumé).

Pax, tome 1

Acheter ce livre sur Amazon

Dans la petite ville de Mariefred se cache une bibliothèque souterraine dont Estrid et son frère Magnar sont les gardiens. Y sont conservés des livres magiques qui, en ces temps ténébreux, attirent les forces maléfiques.
Lorsque Alrik et Viggo, placés en famille d’accueil, arrivent dans le voisinage, tous les signes concordent : les deux frères sont bien les guerriers dont la venue avait été annoncée par Estrid. Mais ces garçons au caractère bien trempé seront-ils à la hauteur de la tâche qui leur est confiée ?

Lynchez-moi, j’ai acheté suédois. Mais au moins, c’est pas du IKEA.

On pourrait résumer ça à du Supernatural version ado option cadre nordique, mais ce serait quand même méchamment réducteur.
En bonus, des planches de BD croquées par un nom qui sonnera familièrement aux amateurs de comics parsèment le roman. Bref, c’est beau, et l’éditeur français, le petit nouveau Slalom, a fait du joli boulot.

Par contre, attention, à l’instar de Chat Noir ci-dessus, ça n’est absolument pas possible de lire ce tome comme un one-shot. Acheter ce tome 1, c’est s’engager à acheter la suite.

Léviathan, tome 1 / 3
steampunk / uchronie

Acheter ce livre sur Amazon

” – Chargez le canon ! rugit maître Klopp.
Alek se retrouva projeté dans le siège du commandant tandis que la machine s’ébranlait. Il s’efforça de boucler ses sangles, mais une pensée terrible l’occupait tout entier et lui engourdissait les doigts.
S’ils essayent de me tuer… c’est que tout est vrai.
Le comte Volger s’accroupit près de lui, criant pour couvrir le vacarme des moteurs et des coups de canons.
– Voyez le bon côté des choses, Alek. Si on vous tire dessus, c’est bien que vous représentez une menace pour le trône ! “

… Oui, c’est spécial comme résumé éditeur, et ça n’éclaire pas des masses sur le contenu. Léviathan, c’est donc une uchronie steampunk située lors de la première guerre mondiale, dans une version opposant les darwinistes (amateurs de manipulation génétique) aux clankers (se reposant sur la mécanique).

Ça donne tout de suite plus envie, là, hein ? D’autant que selon certaines critiques, la guerre n’est pas là pour servir de décor, mais constituerait une part importante du roman…
Et en plus, c’est magnifiquement illustré, rien que la carte en couleur qui ouvre le volume donne le ton :


source : le blog de l’auteur

Là encore, le tome est le premier d’une trilogie et on m’a confirmé depuis l’achat qu’il ne peut absolument PAS être lu comme un one-shot. Si le truc vous intéresse, soyez prêts à acheter deux autres livres à 25€ pièce pour avoir la fin.

En VO – Shadows of Salem, tome 1 / 3 – Shadow Born
paranormal romance

Acheter ce livre sur Amazon

Chicago Police Detective Brooke Chandler is keeping a secret… and if she’s not careful, it could get her killed.
Brooke is no stranger to the supernatural. In Chicago, vampires are just as prevalent as drug lords, and infinitely more bloodthirsty. So when her partner and fiancé dies in a mysterious fire while chasing down a lead in Salem, she suspects something dark and otherworldly is at play.
Blessed with the ability to see into the past by touching inanimate objects, Brooke transfers to the Salem PD, hoping her talent will help her get to the bottom of things. Between dodging assassination attempts and being stonewalled at every turn, the going is tough. Add in a mysterious fae club owner with secrets of his own and a personal grudge against her, and it becomes nearly impossible.
If Brooke wants to play in the supernatural sandbox, she’s going to have to roll up her sleeves and get dirty. But how many people will have to die for Brooke to discover the truth ?

Shadow Born était sur la wishlist depuis sa sortie. Comme il n’y avait rien de pressé, je me contentais de surveiller l’état des stocks de façon régulière (comme pour tout le reste). Sauf que le jour où l’ouvrage a disparu d’un coup d’Amazon, avec le terrifiant « nous ne savons pas quand cet article sera réapprovisionné ni s’il le sera », j’ai eu les boules. Il est réapparu deux semaines plus tard, j’ai commandé dans la foulée.

Les one-shot

En VO – The Emperor’s Soul
fantasy

Acheter ce livre sur Amazon

La jeune Shai a été arrêtée alors qu’elle tentait de voler le Sceptre de Lune de l’Empereur. Mais au lieu d’être exécutée, ses geôliers concluent avec elle un marché : l’Empereur, resté inconscient après une tentative d’assassinat ratée, a besoin d’une nouvelle âme. Or, Shai est une jeune Forgeuse, une étrangère qui possède la capacité magique de modifier le passé d’un objet, et donc d’altérer le présent. Le destin de l’Empire repose sur une tâche impossible : comment forger le simulacre d’une âme qui serait meilleur que l’âme elle-même ? Shai doit agir vite si elle veut échapper au complot néfaste de ceux qui l’ont capturée.

Un simple craquage au rayon VO de la Fnac locale. De la fantasy dans un univers oriental, en un seul tome (et quel tome, à peine plus grand qu’un poche et pourvu d’une magnifique couverture rigide !), et au format nouvelle… pourquoi ne pas se laisser tenter ?

Zombie Thérapie, tome 1
Peut être lu comme un one-shot – /!\ série avortée en France, terminée en 3 tomes en VO /!\
Z-lit

Acheter ce livre sur Amazon

Sarah et David sont au bord du divorce et tentent une thérapie de couple. Mais en arrivant à leur rendez-vous, ils découvrent leur conseillère conjugale en train de dévorer les clients précédents. Certes, ces gens sont morts, mais ils pouraient avoir la décence de se comporter comme tels !
Sarah et David voulaient sauver leur mariage, maintenant ils doivent sauver leur peau. Avant, elle faisait des listes, maintenant elle laisse des morceaux de cervelle partout. Avant il passait son temps à jouer à Resident Evil, maintenant, ça lui sert !
Une apocalypse zombie, quoi de mieux pour échapper à la routine du couple ?

Le « truc de zombies du mois », dû à la visite chez le bouquiniste… Bon, avec un résumé aussi barré, et pour peanuts, aucune raison de résister.
J’ai très, très peur que le bouzin soit plus axé chick-lit (vous savez, ces bouquins « girly », chiants comme la mort, avec des héroïnes futiles censées représenter la trentenaire branchouille lambda et des noms de marque toutes les trois lignes?) que zombie, mais dans le pire des cas, ça n’était pas un investissement risqué. Avec un peu de bol, ce sera marrant pour de vrai.

EDIT: Zombie Thérapie peut être lu comme one-shot. Et ma critique (positive) est disponible sur Babelio  (lien ci-dessus)!

Bone Island, tome 3 – Le secret de l’île maudite
Peut être lu comme un one-shot
policier

Acheter ce livre sur Amazon

Seule survivante de sa famille… seule héritière d’un trésor terrifiant.
De retour sur l’île de Key West après la triste nouvelle du décès de son grand-père, Kelsey Donovan souhaite avant tout respecter ses dernières volontés : faire le tri dans sa collection d’art et confier ses plus belles œuvres à des musées.
Kelsey s’installe alors dans la demeure familiale dont elle est l’unique héritière et, dans ce lieu encombré de curiosités et de toiles d’araignées, elle se met au travail.
Mais, rapidement, elle a la désagréable impression d’être épiée. Une intuition qui cède la place à l’angoisse quand des silhouettes menaçantes surgissent dans l’ombre. Inquiète mais décidée à faire face, elle accepte la protection que lui propose spontanément le policier Liam Beckett, un ami d’enfance qu’elle n’a pas revu depuis des années, et qui s’interroge sur les conditions mystérieuses du décès de son grand-père. 
Mais Kelsey et Liam sont encore loin de s’imaginer qu’ils s’exposent ainsi à un ennemi impitoyable et prêt à tout pour arriver à ses fins.

Autre exemple de ces craquages instantanés chez le bouquiniste, celui-là était visiblement un invendu état neuf (ils en avaient deux autres). Un polar tout simple, dans un cadre attirant, le tout pour quasi rien, pourquoi pas ?

Bien qu’il soit estampillé « tome 3 », chaque livre de la série est totalement indépendant, ne pas avoir les deux autres n’est donc pas gênant.

Bon, par contre, autant prévenir, le truc a été édité chez Harlequin, donc je m’attends à un côté romance assez gnan-gnan, même si on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise.
(Et puis après tout, c’est facile de cracher sur Harlequin, mais s’ils n’avaient pas été là pour populariser la romance, la paranormal romance aurait été un genre encore plus de niche. Alors on respecte ses ancêtres :p )

Night World, tomes 1 et 2
/!\ série avortée au bout de 9 tomes sur 10 (oui c’est ballot) /!\
paranormal romance

Acheter le tome 1 / le tome 2 sur Amazon

Résumé éditeur du tome 1:

Le Night World ne se limite pas à un endroit précis. Il nous entoure. Ses lois sont très claires : sous aucun prétexte son existence ne doit être révélée à qui que ce soit d’extérieur. Et ses membres ne doivent pas tomber amoureux d’un individu de la race humaine. Sous peine de conséquences terrifiantes. Découvrez ce qui arrive à ceux qui enfreignent les règles…
Il n’y a plus aucun espoir pour Poppy: sa maladie est incurable. Elle se prépare donc au pire. Jusqu’à ce que James, le plus beau garçon du lycée qu’elle aime en secret, lui fasse le plus fabuleux des cadeaux: un baiser vertigineux qui lui donne accés à son âme. Elle apprend ainsi que James partage ses sentiments depuis toujourss, mais fait partie du Night World.
Bravant les interdits de son monde, le jeune homme propose à Poppy de le suivre jusqu’à la mort, et même au delà. Mais il lui faudrait pour cela devenir un vampire… 

Résumé éditeur du tome 2:

Il y a quelque chose d’étrange chez les trois filles, Roxan, Krestel et Jade, qui emménagent dans une maison en ruine à côté de chez Mary-Lynnette et Mark Carter. Celui-ci développe d’ailleurs un amour obsessionnel pour Jade. Les trois soeurs ont une grâce presque surnaturelle et semblent cacher un lourd secret.
Un soir, leurs voisins décident de les suivre dans les bois et se retrouvent témoins d’un spectacle effrayant : elles sont en fait des fugitives du Night World et sont traquées par leur frère Ash. Leur assaillant est impitoyable, terriblement beau, et il ne reculera devant rien pour ramener ses soeurs dans son monde des ténèbres. Et quand il s’aperçoit de la présence de Mary-Lynnette, il décide de l’emporter, elle aussi…

Le cas Night World est un peu particulier : selon wiki, les tomes 1 à 6 sont plus ou moins des one-shot, et ce n’est qu’à partir du 7e qu’une vraie trame commune a été instaurée. Du coup, n’avoir trouvé « que » les deux premiers au hasard chez le bouquiniste n’est pas gênant. Une lectrice mentionnait même dans sa critique être passée directement du 1 au 4 sans aucun problème.

Ensuite, une petite chose à savoir, et valable pour les deux tomes, le résumé de quatrième de couverture est complètement à la ramasse, voire même mensonger.

Autant l’avouer, l’histoire du second m’intéressait nettement plus (pour ne pas dire que le premier ne donne vraiment pas envie), après, au prix où ils étaient (moins de 3€50, pour des grands formats état neuf qui en valent 15), j’ai préféré prendre les deux. Et au final… j’aurais pu ne prendre que le deuxième, tant Night World tome 1 est mauvais.

Passons sur le sujet, absolument pas idéal en ce moment, dont le traitement est un peu maladroit, un peu léger, malgré que l’auteure ait bien pris le temps de détailler son contexte. C’est peut-être un peu le problème : la seule chose approfondie dans ce bouquin, c’est la découverte de la maladie de Poppy et toutes les démarches qui s’ensuivent. Parce que le reste, c’est au ras des pâquerettes. La romance ? Artificielle, plate et totalement dénuée d’émotion, il y a entre Poppy et James autant d’alchimie qu’entre deux poissons morts (et encore). Les personnages ? On peine à ressentir la « souffrance » de James, et l’immaturité de Poppy, faisant croire que la jeune fille a douze ans plutôt que seize, donne davantage envie de lui coller des baffes que de s’attacher à elle.
Globalement, tout est très surfait, on n’y croit pas une seconde, bref, c’est mauvais, tout simplement.

Le second tome, par contre, c’est un putain de coup de coeur. D’abord à cause des personnages. Mary-Lynnette est une héroïne géniale, son truc, c’est l’astronomie, elle a toujours la tête dans les étoiles mais la tête sur les épaules, c’est une fille responsable en apparence assez posée mais dotée d’un sacré caractère. En face, on a Ash, vampire un peu bad boy mais surtout raciste à l’égard des humains. Et entre ces deux-là, c’est plutôt explosif. Ici, contrairement au premier tome, le duo fonctionne vraiment très bien, justement parce qu’ils ne s’apprécient pas, mais vont devoir apprendre à communiquer intérêts communs oblige.
Ici, pas vraiment de romance entre les deux. A la place, on a droit à une enquête surnaturelle dans ce petit coin paumé de l’Oregon. Et, mine de rien, le cadre champêtre à l’extrême est vraiment agréable, surtout dans son contexte estival.
Comme dans le premier, l’histoire est peut-être un peu longue à démarrer et la conclusion rapide, mais franchement, ça reste un bouquin sympa à lire de bout en bout, avec une très bonne ambiance. Oui, le ton est parfois un peu trop jeunesse, oui, certains dialogues sont maladroits, mais ça n’entache pas le moins du monde le plaisir de lecture.

Bref, si le tome 1 est une purge sans nom, OUI, le tome 2 vaut vraiment le détour.
Une excellente surprise.

Lune de Miel, Lune de Sang

Acheter ce livre sur Amazon

Tous les jeunes couples rêvent d’une lune de miel inoubliable et romantique.
Mais que faire quand des forces surnaturelles s’invitent à la noce ?
Retrouvez les personnages de vos séries bit-lit dans neuf aventures signées par les maîtres du genre : Kelley Armstrong, Jim Butcher, Rachel Caine, P.N. Elrod, Caitlin Kittredge, Marjorie M. Liu, Katie MacAlister, Lilith Saintcrow, Ronda Thompson.
Neuf auteurs, neuf nouvelles… et neuf façons différentes de vivre sa lune de miel !
Vous aussi, sautez le pas et dites « oui » !

… J’avoue, j’ai ri en lisant ce résumé, volontairement too much. Donc, occase prix mini + one-shot + histoires courtes = achat.

Attention, il ne s’agit pas de nouvelles en elles-mêmes, mais majoritairement de spin-offs.
Un procédé qui rappelle davantage les compilations d’extraits de l’éditeur qu’un vrai recueil. Sauf que le truc a bel et bien été commercialisé, et 8 euros s’il vous plaît… Ne reste plus qu’à espérer que les auteurs se soient débrouillés à rendre ces spin-offs digestes pour les profanes de leurs univers, ou l’intérêt d’un tel bouquin s’avérerait vraiment purement mercantile (et réservé à celles et ceux qui balisent le genre).

Des neuf auteurs ayant participé, j’ai déjà lu Caitlin Kittredge (avec les deux tomes des Ténèbres de Londres parus en France, qui, il faut l’avouer, ne m’ont pas vraiment convaincue…) et plus récemment Kelley Armstrong avec sa trilogie Pouvoirs Obscurs. J’en connais d’autres de nom, mais pour le reste, ce sera de la découverte totale.

Le Dieu dans l’Ombre

Acheter ce livre sur Amazon

Evelyn a 25 ans. Un séjour imprévu dans sa belle-famille avec son mari et son fils de cinq ans tourne au cauchemar absolu.
Une créature surgie de son enfance l’entraîne alors dans un voyage hallucinant, sensuel et totalement imprévisible, vers les forêts primaires de l’Alaska.
Compagnon fantasmatique ou incarnation de Pan, le grand faune lui-même… Qui est le Dieu dans l’ombre ?

Celui-ci, contrairement aux autres achats chez le bouquiniste, était LA découverte inattendue, le graal que je ne m’attendais absolument pas à trouver là, et encore moins en grand format. Je le cherche en poche depuis trois ans, sans pour autant avoir jamais voulu le commander, ne sachant si j’accrocherais à l’histoire très spéciale. Du coup, même si cet exemplaire était très abîmé (même d’occasion, les livres ont intérêt à être en bon état, sans cornes ni pliure de tranche), je l’ai pris.
Et après rapide feuilletage, j’aurais dû craquer plus tôt.
Sans entrer dans les détails, il y a de ces romans où l’on apprécie les personnages, et d’autres où on les comprend. Et Evelyn me parle beaucoup, sur certains points. Bref, j’ai hâte de voir ce qu’elle va devenir.

Le Coeur de Lucy, tome 1 – Au delà de la raison
romance historique

Acheter ce livre sur Amazon

Lucy Hadley n’a que faire des mondanités de la haute société et ses talents de guérisseuse lui valent une réputation de sorcière. Appelée au chevet du comte de Lauderdale, qui est gravement malade, elle rencontre le meilleur ami de celui-ci, Jack de Nerval. C’est le début d’une liaison orageuse avec un homme qu’elle aime d’un amour inconditionnel. Mais le coeur du duc n’est plus à prendre : Jack est marié et père de famille… Les tourments de Lucy ne font que commencer.

Un roman pouvant être lu comme un one-shot, et qui m’intriguait depuis un bail, même si je n’avais jamais osé craquer, ne sachant pas si j’allais adhérer à une pure romance historique sans le moindre élément fantastique… Le Secret de Pembrooke Park m’avait laissée plutôt de marbre, heureusement qu’il y avait les secrets du manoir, parce que la romance était longuette, chiante et vraiment trop soft.
Du coup, d’occasion, moins de raisons d’hésiter, même si j’ai préféré ne *pas* prendre le tome 2 qui était pourtant aussi chez le bouquiniste et en meilleur état.

Les Chefs du Clan Murray, tome 1 – Le Destin des Highlands
romance historique

Acheter ce livre sur Amazon

L’élue de son coeur deviendra-t-elle son ennemie jurée ?
Balfour Murray se sent irrésistiblement attiré par Maldie, la guérisseuse qui prend soin de son frère blessé. Animé par une profonde soif de vengeance, le guerrier a mis au point un plan pour provoquer la chute de son adversaire le plus redoutable, mais les hommes envoyés pour espionner le clan adverse ont été trahis et exécutés. Dans ces conditions, Balfour peut-il vraiment se fier à cette jeune inconnue qui entretient un mystère sur ses origines et laisser libre cours au désir qu’il éprouve pour elle ?

Autre test, là encore un standalone… et heureusement ! Parce que Bragelonne/Milady a scindé la longue saga d’origine en trouzmille petites séries, et ne sort ça pas du tout dans l’ordre chronologique. Du coup, même si ce tome est sorti après d’autres en France, il s’agit du véritable tome 1 de la saga, paru en VO en 1998.

Même si c’est là encore une occase chez le bouquiniste, ce n’est pas un achat au hasard : je connaissais l’existence de la saga depuis longtemps, et ce tome était un des seuls qui m’intéressaient (et le plus, ça tombait bien), de par l’histoire proposée.

A moins de particulièrement adhérer à la romance historique sauce highlanders (qui-m’intéresse-un peu-mais-pas-plus-que-ça-faut-pas-déconner), je ne pense pas vraiment me lancer dans la série. Peut-être piocher ça et là quelques tomes, quitte à se faire parfois spoiler ce qu’il est advenu des couples de ceux laissés de côté.

Les amants de l’apocalypse
/!\ série avortée en France /!\
post-apocalyptique / romance

Acheter ce livre sur Amazon

Elliott, Quent et Wyatt étaient partis en week-end spéléo. Puis la terre a tremblé. de retour à l’air libre, ils découvrent un monde apocalyptique peuplé de créatures sanguinaires et réalisent que cinquante ans se sont écoulés à leur insu ! Ici, la civilisation a disparu et les hommes sont devenus des proies faciles. Après avoir été attaqué par des gangas, Elliott se découvre des pouvoirs extraordinaires en guérissant une amazone surgie de nulle part. Elle s’appelle Jade et elle va les conduire, lui et ses amis, à Envy, ex-Las Vegas, une colonie de rescapés dominée par les invincibles Etrangers …

Dans la rubrique « achats d’occasion imprévus »… mais bon, de la romance post-apocalyptique, avec semble t-il des monstres (on est dans Fallout?), ça ne pouvait QUE m’intriguer. Donc voilà.

Apparemment, ce livre a fait beaucoup de déçus : les amateurs de SF post-apocalyptique qui ont acheté le truc ont trouvé ça trop romancé, les amateurs d’eau de rose, que c’était trop axé post-apo… le mélange semblait pourtant assez explicite, et sur la couv’, et sur le résumé, pour éviter ce genre de commentaires…

Du coup, j’ai l’impression d’être la cible « de niche » vraiment visée, à confirmer à la lecture.
Peut être lu comme un one-shot.

Auprès de toi, pour toujours
romance historique

Acheter ce livre sur Amazon

1135. Lady Abrielle de Harrington était l’une des jeunes filles les plus courtisées de la cour du roi Henri Ier. Malheureusement, sa famille a connu des revers de fortune et la voilà obligée d’épouser le sire de Marié, un veuf fort disgracieux qui, on le chuchote, n’est peut-être pas étranger à la mort prématurée de ses deux précédentes épouses. Qu’importe ! Abrielle ne saurait se dérober à son devoir. Dans quelques jours, après la chasse à courre organisée chaque année, le mariage sera célébré. Et personne ne pourra plus la sauver… sauf peut-être ce ténébreux Écossais, Raven Seabern, surnommé ” le corbeau “, qui la regarde de ses yeux brûlants de désir, comme s’il était prêt à l’enlever sur-le-champ sur son farouche destrier…

… Mais qui, chez J’ai Lu, a eu l’idée saugrenue de traduire « Everlasting » par ce titre kitschissime ? « Pour toujours » aurait suffi. M’enfin. Heureusement que le bouquin était exposé première de couverture en avant chez le bouquiniste, car sans le beau paysage, le titre ne m’aurait jamais incitée à faire la curieuse !
Du coup, comme le récit est cette fois situé en plein moyen-âge, et que le livre n’était vraiment pas cher, j’ai complété ma tentative de découverte de la romance historique avec. Sans avoir la moindre idée de ce que ça va donner…

Crimes en mer
policier

Acheter ce livre sur Amazon

On le sait peu, sir Arthur Conan Doyle avait commencé sa carrière comme médecin à bord d’un navire baleinier puis d’un cargo mixte le long des côtes d’Afrique. Il n’oublia jamais ces aventures vécues côte à côte avec de simples matelots et des capitaines téméraires. Il en a tiré douze récits réunis en deux recueils, Contes de pirates et Contes de la haute mer.
Enigmes criminelles,meurtres sans assassins, génies maléfiques… On y retrouve ce qu’on aime le mieux chez Conan Doyle. Et l’on découvre que la mer offre le plus inquiétant des décors, le bateau le plus angoissant des huis_clos, et le monde des pirates les plus fascinants des meurtriers.

Celui-là, c’est Monsieur qui me l’a fait remarquer en vitrine. Eh ouais, Conan Doyle, ce n’est pas *que* Sherlock Holmes ! Connaissant la qualité des intrigues de l’auteur, on peut s’attendre à quelque chose d’excellent, le cadre maritime en plus.
Cerise sur le gâteau, c’est édité par Omnibus, qui pratique des tarifs très attractifs (ici, 11€ pour un grand poche de 189 pages), et le texte a été entièrement retraduit pour l’occasion.

L’oeuf de dragon
fantasy

Acheter ce livre sur Amazon

Chevalier sans terre et sans nom, Dunk a choisi la voie de l’errance. Lui et son écuyer, un certain Aegon Targaryen, qui cache son illustre ascendance sous le sobriquet de l’Oeuf, louent leur épée aux causes les plus justes au hasard de leurs pérégrinations. Leurs pas les conduisent cette fois aux noces de Lord Beurpuits, où doit avoir lieu un tournoi rassemblant la fine fleur de la chevalerie, et dont le vainqueur se verra attribuer un trophée sans prix : un oeuf de dragon ! Mais les dés sont pipés, et les deux hommes vont se retrouver malgré eux au coeur d’une conspiration visant les plus hautes instances du royaume.

Ça peut paraître surprenant, surtout pour quelqu’un qui lit en majorité de la SFFF, mais je n’ai toujours pas touché au Trône de fer. Longueur de la saga (et prix de tout ça), incertitude sur le fait d’aimer au pas (et d’avoir la fin)… Du coup, cette courte préquelle fournit l’occasion idéale de découvrir la plume de George R.R. Martin ET son univers, pour moins de 6€ et 200 pages.

En VO – Havana Storm
aventure

Acheter ce livre sur Amazon

Something is happening in the coastal waters off Cuba. Toxic mercury plumes are killing wildlife and fishermen are mysteriously vanishing.
But what is behing it?
When NUMA launches an investigation, they find mysterious holes in the seabed. Someone or something is drilling into the crust – and they don’t care what or whom they harm.
And the Carribean is a really big place to hide what you’re up to.
But if anyone can find out who’s behind this, what they want and put a stop to it, it’s the man in charge of NUMA – Dirk Pitt.

Les bouquins de Clive Cussler ont beau réutiliser encore et toujours la même recette (chasse au trésor, catastrophe écologique, jolie fille en détresse, sauvetage du monde, de la fille et de la relique avec), j’y reviens encore et toujours. Depuis des années. Un Cussler, ça a le côté très récréatif propre aux récits d’aventure, c’est pas prise de tête, il y a des scènes d’action hautement épiques (l’auteur est un maître pour ça), et c’est tout ce qu’on demande. Le souci, c’est que des Cussler, il y en a des excellents, et d’autres carrément merdiques. Généralement, le nom du co-auteur a une assez grande influence sur la qualité du contenu…
… et la dernière fois que j’ai eu affaire à une collaboration entre Clive Cussler et son fils Dirk, c’était Le Trésor du Khan, qui était une sacrée bouse : péripéties pas super passionnantes ni inventives, héros qui se plaint de vieillir mais ne se débrouille pas plus mal qu’avant, et surtout des coïncidences tellement GROSSES qu’elles en devenaient ridicules. On ne demande pas à un récit d’aventure d’être réaliste, mais au moins de rester un minimum crédible. Et là, c’était vraiment foiré. Sans doute le pire Cussler que j’ai pu lire avec L’Or Bleu (qui, lui, était juste chiant d’un bout à l’autre).

Bref, devant le synopsis prometteur d’Havana Storm, j’ai décidé de laisser une chance à Dirk Cussler. Après tout, aucun écrivain au monde, et encore moins quelqu’un d’aussi productif que Clive Cussler, ne peut toujours garder le même niveau. Il y aura forcément du bon et du moins bon, et l’appréciation peut énormément varier selon les lecteurs (Le Trésor du Khan, par exemple, n’est pas plus mal noté que les autres sur Goodreads).

En VO – Ghost Ship
aventure

Acheter ce livre sur Amazon

In 1909, the steamship SS Waratah and its two hundred passengers and crew hit a storm and vanished without trace – never to be found…
Over a hundred years later, Kurt Austin barely survives a failed rescue aboard a sinking yacht, but is convinced one of the lost passengers may not have gone down with the boat.
Digging a little deeper into this mystery, Kurt finds evidence of other leading scientists who have recently vanished. Who is behind these disappearances?
And what do they want?
From Monaco to North Korea and Madagascar, Kurt ans the NUMA team piece together clues that link the loss of a steamship a century ago with a deadly conspiracy to bring the world to its knees.
But are they too late to stop it?

Tiens, un deuxième Cussler ! Cette fois-ci, je n’ai jamais eu l’occasion de lire Graham Brown avant, donc on verra ce que ça donne.

Pour les francophones, une autre collaboration Cussler-Brown a été traduite chez nous : La Horde (The Storm en VO) . Par contre, disponible uniquement en grand format à 21€50, du coup, en ce qui me concerne, ce sera sûrement l’édition poche anglaise de Penguin (d’une parce que c’est moins cher, mais aussi parce que j’adore leur tout petit format. Et en bonus, leurs couvs sont les plus belles !).

Le secret du bayou
policier

Acheter ce livre sur Amazon

Lorsque le corps sans vie d’une jeune femme est retrouvé dans le bayou, la police conclut tout de suite à un accident. Pour la journaliste Laurel Armand, impossible de croire à cette version. Pas plus qu’à la rumeur ―reprise par tous les journalistes de la région, avides de sensationnel ― selon laquelle la victime se serait aventurée la nuit dans le bayou pour rejoindre un amant.
Pour faire éclater la vérité qu’elle devine plus complexe et tragique, Laurel décide de mener l’enquête. Même si elle, doit pour cela, sacrifier aux exigences de son rédacteur en chef en faisant équipe avec Matthew Bates. Matthew, son rival de toujours, un reporter talentueux, aussi insupportable que séduisant.

Un achat tardif, d’où l’ajout à l’arrache de sa couverture sur la photo du loot. Une histoire dans la même veine que « Le secret de l’île maudite » un peu plus haut, mais cette fois, ce n’est pas un achat d’occasion ^^
L’explication tient en un mot : bayou. J’avais déjà mentionné mon intérêt pour la Louisiane en parlant de Black Mambo il y a quelques semaines de ça.
Après, c’est du Nora Roberts. L’auteure est censée être un gage de qualité, mais ça reste de la romance-thriller, donc à voir si le cadre saura à lui seul insuffler une atmosphère au récit.

Octobre sera un tout petit mois. Et pour cause: j’ai commandé mon cadeau de Noël, et c’est très très violent (nan, j’suis pas riche, j’aime juste bouffer des pâtes)… Forcément, le budget « autres » en prend un coup. Conséquence directe, à l’exception de Shadow Silence qui devrait arriver début Octobre, et du coffret Six of Crows VO qui sera lui aussi mis de côté pour sous le sapin, j’ai annulé toutes les précommandes pour ces deux mois là. Celles de Novembre sont aussi sur la sellette, puisqu’il y aura la douane et le face-up à payer.

Du coup, en attendant, j’essaie de lire lentement pour ne pas trop entamer la pile à lire. Ça peut paraître ridicule, mais quand je ne me restreins pas, ça donne la trilogie Pouvoirs Obscurs dévorée en vingt-quatre heures, alors… ceinture. Obligatoirement, ceinture. J’ai bien quelques pavés comme l’intégrale Sherlock Holmes VO qui traînent en cas de crise de boulimie, mais vu la tronche rachitique de la wishoppinglist, j’aimerais autant ne pas attaquer les rations de survie sauf cas d’extrême nécessité.

About the author

Svetlana Mori
Auteure de romance fantasy et paranormal romance. Amatrice de dolls, livres, jeux vidéo, Domino's pizza, metal, shipspotting, courses NASCAR, etc. #TeamFuret

Commentaires

Poster un commentaire

You must be logged in to post a comment.