Bilan de Mai 2018

Posted By Svetlana Mori le 1 juin 2018

Voici à nouveau un petit changement dans le récapitulatif mensuel !
A la base il s’agissait d’un bilan *livresque*, mais parlant de temps à autre de mes autres hobbies en tête d’article, j’ai eu envie d’intégrer également le loot *dollesque* et mes photos du mois. Parce que, dans le fond, chaque perso possédant son petit background (voire pas petit du tout), l’écriture n’est jamais bien loin, comme en >Septembre dernier<. >Les résultats du sondage Twitter ayant été largement en faveur de l’ajout de ces nouvelles rubriques, les voilà !
Oui, « les », car sachant qu’il y en a parmi vous qui ont du mal avec les poupées ou certaines d’entre elles (ce que je peux comprendre, ne supportant pas la vue des reborn), j’ai préféré les séparer des photos de nature / bateaux / whatever. Comme ça, vous êtes libres de scroller jusqu’où bon vous semble en fonction de ce qui vous intéresse.

Les articles précédents été mis à jour rapidement, donc soit quasi sans commentaires, soit un poil « trop dans le trip » pour qui ne connaît pas le contenu de ma collection. Le but était juste de rajouter en express le récapitulatif des deux dernières années.

Les critiques tapées ce mois-ci

Un mois très prolifique en critiques, où l’on trouve un peu de tout. Romans, manga, post-apo, fantasy, historique…

Le loot

Si Mai a été un peu plus copieux que prévu, c’est majoritairement grâce aux volumes à très petit prix, à l’occasion et aux précommandes. Et sur les deux craquages déraisonnables, un était planifié…

Les nouvelles séries

La Légende de Drizzt, tomes 1 à 3
fantasy

Acheter le tome 1 sur Amazon

Drizzt est un elfe noir né en Outreterre où le pouvoir s’obtient par la guerre ou le meurtre. L’honneur, l’amitié, l’amour n’y ont pas leur place et Drizzt y fait le rude apprentissage d’une vie de servitude.
Bien qu’il ait été élevé dans un système de valeurs totalement perverti et qu’il soit rompu à l’art du combat, il sait qu’il n’est pas comme les autres. Il aspire à une vie différente et refuse de devenir un assassin au service des siens. Mais pour survivre, Drizzt est obligé de dissimuler et même nier sa véritable nature.
Jusqu’au jour où il devra se battre seul contre tous !

Des fois, on a des idées un peu stupides. Comme se lancer dans une série de treize tomes, par exemple.
Apparemment Bragelonne la réédite au rythme d’un volume par mois. A moins de 7€ le tome, ça reste largement gérable sur le long terme.

Sang de Pirate, série complète
fantasy

Acheter le tome 1 sur Amazon

Enfant, Sax devait être sacrifié pour protéger le passage entre son monde et un autre. Sauvé de la mort par une sorcière, il devient le pirate le plus recherché des mers d’Alstrass. Mais l’ampleur de ses pillages et la renommée qui l’accompagne ne suffisent pas à lui faire oublier son désir de vengeance. Pour l’assouvir, il dissimulera sept trésors et créera sa propre légende.
Près de trois siècles après la mort du pirate, en dépit d’une carte accessible à tous, les butins narguent toujours les chasseurs de trésors. Ils ne peuvent être retrouvés qu’avec l’aide de Kaléïdes. Ces humains nés hybrides ont le don de contrôler certaines espèces animales. Et ces êtres sont tout aussi rares que convoités.

Élevé loin de la civilisation, Maksim croit pourtant tout connaître des humains comme des hybrides. Téméraire, il n’a peur de rien et rêve de sillonner les mers à la recherche des trésors de Sax. Il est convaincu de réussir là où tous ont échoué.
Tiss craint sa propre mort, mais elle est fascinée par celle des autres. Elle vit en permanence avec, lovée dans son cou, une salamandre dressée pour tuer. Au contraire de Maskim, les trésors ne l’intéressent pas. Toutefois, elle sait qu’un jour on la traquera pour es retrouver.
Tous deux Kaléïdes, ils ont grandi sur des îles distinctes du vaste archipel d’Alstrass. Ils ne se sont jamais rencontrés et ignorent tout de leur existence mutuelle. Jusqu’à ce que Grévec, pirate obnubilé par la légende de Sax et capitaine de L’Hydre, débarque dans leurs vies…

Voilà, c’est ça, le craquage pas raisonnable DU TOUT. On ne dit pas merci à l’opération Masse Critique qui a fait figurer le tome 1 dans sa liste pile au moment où j’ai envie de consolider un peu ma bibliothèque avec des trucs de pirates.
Étant donné que le tome 3 risquait de passer en rupture imminente, j’ai préféré ne pas attendre…

Dark and Dangerous Love, série complète
dark romance / fantastique

Acheter le tome 1 sur Amazon

LES ÂMES SŒURS SONT-ELLES IMMORTELLES ?
2 438. La Terre est dominée par les vampires et les humains ne sont rien d’autre qu’objets de plaisir et nourriture pour les immortels. Le plus vieux et le plus puissant d’entre eux, Atticus, est le roi de ce nouvel ordre mondial.
Issue d’une famille de notables humains, Evelyn Blackburn souhaitait une vie simple auprès de l’homme qu’elle aime, Ethan. Malheureusement le destin en décide autrement. Pourtant réputé sans cœur ni compassion, le souverain Atticus tombe fou amoureux de cette jeune humaine et exige qu’elle vienne vivre avec lui au palais. À 18 ans, Evelyn devra quitter sa famille et ses amis pour vivre aux côtés du roi. Éprise de liberté et rebutée par les vampires, elle a bien du mal à accepter ce qui lui est imposé.
Comment échapper à la créature la plus puissante sur Terre ? Evelyn trouvera un soutien inattendu en la personne de Lord Hansel, vampire aux yeux verts, qui s’avère être l’un des plus proches amis du roi Atticus.

LA série qui a fait couler beaucoup d’encre lors de la sortie du premier tome. Les lectrices ont aimé ou détesté, mais je n’a pas vu beaucoup d’entre-deux !
Comme souvent, j’ai préféré attendre que tout soit dispo, surtout qu’il n’y a pas eu longtemps à attendre. Bon, au final c’est plutôt mal tombé, mais je n’ai pas voulu sacrifier un achat planifié depuis Janvier.

Les one-shot

Lady Susan
classique
117 pages

Acheter ce livre sur Amazon

Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s’amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question…

A force de lire les adaptations en manga des romans de Jane Austen, j’ai eu envie de jeter un œil à ceux-ci, sans toutefois avoir la moindre idée de si ça pourrait me plaire ou non.
Du coup, n’étant ni très long, ni très cher, c’est Lady Susan qui servira de crash-test.

CAT 215
123 pages

Acheter ce livre sur Amazon

Marc, « qui répare des choses inutiles depuis toujours », quitte la métropole et sa compagne pour rejoindre en Guyane son ancien patron, Julo. Devenu trafiquant d’or, celui-ci a entrepris de faire convoyer une monstrueuse pelle Caterpillar 215 par un ancien légionnaire et un mystérieux Brésilien. Mais après avoir avalé des kilomètres, la machine est immobilisée au milieu de la jungle à la fois fragile et menaçante. Marc s’attelle à réparer la bête d’acier ; les hommes vont alors se battre contre leur propre folie, contre cette nature qui les fait souffrir et qu’ils torturent en vain.

Craquage spontané, parce que je déteste revenir bredouille d’une sortie. J’ai juste buggué sur la magnifique couverture, avant de déchanter en saisissant un petit machin tout fin. Tout fin certes, mais au tarif proportionnel… Donc 0 culpabilité.
Alors, contrairement à ce qu’on pourrait penser avec le résumé, CAT 215 n’est pas un roman d’aventure. C’est du pur « paysagisme littéraire », un vol direct pour la forêt amazonienne dans toute sa moiteur. L’histoire ? Vous venez de la lire, dans le résumé. C’est écrit gros, ça se lit vite (1h / 1h30 grand max) et c’est quand même assez spécial. N’hésitez pas à jeter un œil à la critique pour savoir si ce serait votre came ou pas.

L’horreur de Dunwich
fantastique
95 pages

Acheter ce livre sur Amazon

Dunwich, petit village lugubre cerné par les collines du Massachusetts, est le théâtre d’événements étranges et inquiétants. Le mystère plane autour de la naissance de Wilbur Whateley et le mauvais sort semble s’acharner sur sa famille. Après une enfance solitaire, Wilbur, guidé par ses instincts maléfiques, dérobe un livre de sorcellerie, le Necronomicon…

Du coup, en regardant le nombre de pages de Lady Susan pour cet article, j’ai vu une liste d’ouvrages de la même collection à la fin. « Boaf, pour deux euros, y’a peut-être des trucs intéressants là-dedans… » … Il y en avait, et même plusieurs.
La seule fois où j’ai lu du Lovecraft, c’était dans l’anthologie Les cent ans de Dracula avec la nouvelle « La maison maudite ». Que j’ai trouvée nulle à chier, longuette comme pas permis et clairement la moins bonne du recueil.
Mais bon. Si Lovecraft a autant de succès, c’est qu’il doit y avoir une raison, non ? Et comme le résumé de L’horreur de Dunwich donne tout de même un peu envie, j’ai choisi de laisser une seconde chance à l’auteur. Et même une troisième…

Les contrées du rêve
fantastique
369 pages

Acheter ce livre sur Amazon

« Cette cité, il le savait, avait été autrefois pour lui d’une suprême importance. Mais il ne savait dire en quel cycle ou en quelle incarnation il l’avait connue, ni si c’était en rêve ou éveillé. Elle lui rappelait vaguement sa lointaine petite enfance, depuis longtemps oubliée ; cette époque où les mystères des jours sont une source perpétuelle d’émerveillement et de plaisir ; où l’aube et le crépuscule se parent d’accents prophétiques lorsque résonnent les mélodies enjouées des luths et des chants ; où des portails flamboyants s’ouvrent vers de plus intenses et de plus surprenantes splendeurs. »

… car toujours dans les bouquins à petit prix, il y avait La Quête onirique de Kadath l’inconnue. Bon, le truc, c’est que pour 3€ de plus il y avait moyen d’avoir le cycle entier des nouvelles composant « le cycle du rêve ». Et le thème en vend, du rêve, justement. Donc, comme tout ça me parlait particulièrement, j’ai préféré prendre l’intégrale.

La porte condamnée et autres nouvelles fantastiques
fantastique
102 pages

Acheter ce livre sur Amazon

Dans un vieil hôtel de Montevideo, Petrone est réveillé toutes les nuits par les pleurs d’un enfant qu’il entend à travers la porte qui communiquait jadis avec la chambre voisine. Pourtant le gérant lui assure qu’il n’y a pas d’enfant à l’étage, ni même dans l’hôtel…

Toujours grâce à la liste fournie dans Lady Susan. Bon, depuis le temps, vous connaissez mon faible pour les nouvelles fantastiques, alors découvrir un nouvel auteur pour 2€, c’est oui d’office.

A quoi rêvent les garçons
historique
100 pages

Acheter ce livre sur Amazon

« Quand j’étais enfant, mes camarades et moi n’avions, dans notre village de la rive ouest du Mississippi, qu’un rêve proprement inaltérable : être marinier sur un bateau à vapeur. » Un rêve qui devient réalité pour le jeune Samuel Clemens lorsque Mr. Bixby, pilote chevronné, le prend sous son aile et lui confie : « Il n’existe qu’une manière de devenir pilote, c’est d’apprendre le fleuve tout entier par cœur. tu dois le connaître comme ton alphabet. »

Dernier achat inspiré par Lady Susan. Les bateaux, le Mississippi, pas de question à se poser, surtout que pour l’œuvre complète c’est dans une Pléiade à 60 boules. Ceci dit, elle est à 4€ en poche VO, donc il n’est pas exclu que je craque à terme.

Pirates
aventure
348 pages

Acheter ce livre sur Amazon

Il fait bon être corsaire à la Jamaïque en 1665. Il n’y a qu’à tendre la main pour devenir riche. À croire que les proies sont aimantées par Port Royal, la capitale. Comme ce vaisseau espagnol gorgé d’or du nouveau monde, qui mouille dans une île toute proche.
Edward Hunter rassemble alors un équipage d’hommes sûrs pour s’en emparer. Mais la tâche semble impossible. Les canons de la forteresse, les 200 soldats et les montagnes en son centre font de Matanceros – « massacre » en espagnol – une île inexpugnable. Pas pour un vrai pirate…

Pendant ce temps, j’avais toujours envie de consolider ma PAL pirate. Autant annoncer la couleur, ce livre est épuisé depuis longtemps et ne peut plus être trouvé que d’occasion. Le résumé m’a tout de suite fait penser au départ de la première saison de Black Sails. Bref, au lieu de le laisser mariner indéfiniment dans la wishoppinglist, j’ai préféré le choper pendant que c’était encore possible…

Contes des sages créoles
folklore
154 pages

Acheter ce livre sur Amazon

Avec ses Contes des sages créoles, Patrick Chamoiseau nous convie à un voyage haut en couleurs en terres martiniquaises. Au fil d’une écriture musicale et imagée, le conteur donne vie à des personnages dont les histoires nous embarquent au cœur de la culture créole, en même temps qu’elles rappellent combien ces textes de la « survie » ne prennent sens que par rapport au contexte auquel ils se réfèrent : la période colonialiste inhérente à l’histoire des Antilles. En cela, le rôle du conteur est essentiel.

Repéré par hasard à la librairie (mais alors vraiment par hasard, il était au ras du sol avec ses semblables), ce petit machin m’a tout de suite séduit.e. … Enfin ça, c’était avant que je n’en voie le prix. J’ai craqué plus tard dans le mois en paiement différé.
Mais ma CB n’est pas pour autant hors de danger, il y a au moins trois autres titres de la collection qui me font de l’œil…

Re/member
horreur
535 pages

Acheter ce livre sur Amazon

Au lycée d’Ôma, une terrible légende circule parmi les élèves : la Rouge-Sang, une fillette de onze ans couverte du sang de ses victimes, hanterait les couloirs après la fin des cours. Celui qui aurait le malheur de croiser la revenante devrait, pour lui échapper, quitter l’établissement sans se retourner…
Lorsqu’une lycéenne demande à Asuka de retrouver son corps, la jeune fille pense d’abord à une plaisanterie. Jusqu’à ce que minuit sonne et qu’elle se retrouve transportée, en compagnie de cinq de ses camarades, dans les corridors déserts de l’école. Pourchassés par la créature, les six amis se font littéralement massacrer… avant de se réveiller le matin suivant comme si rien ne s’était produit ! Prisonniers d’une boucle temporelle cauchemardesque, Asuka et ses compagnons comprennent vite que pour briser la malédiction, ils vont devoir retrouver les morceaux du cadavre d’une victime de la Rouge-Sang, cachés dans tout le lycée…

Je savais que c’était une mauvaise idée d’aller chez mon libraire (comprendre « mon libraire manga ») pour que Monsieur se choisisse un cadeau d’anniversaire.
Il y avait un présentoir romans, avec certes assez peu de one-shots ou des trucs que j’avais déjà, mais aussi ça…

La Rouge-Sang hante les bâtiments du lycée après les cours.
La Rouge-Sang peut surgir devant n’importe quel élève isolé.
Celui ou celle qui a vu la Rouge-Sang ne doit surtout pas regarder en arrière tant qu’il ou elle n’a pas franchi les portes du lycée.
Quiconque regarde en arrière est démembré, et les huit parties de son corps sont cachées un peu partout dans le lycée.
La victime de la Rouge-Sang réapparaît le jour suivant et demande à d’autres élèves de retrouver son corps.
On ne peut pas refuser une partie de chasse au corps.
La Rouge-Sang peut se montrer à tout moment pendant une partie de chasse au corps.
La partie se poursuit tant que le corps entier n’a pas été retrouvé.
On ne meurt jamais réellement pendant une partie de chasse au corps.

Ceux des limbes
z-lit
474 pages
Ma critique sur Babelio (8/10) – Coup de ♥ !

Acheter ce livre sur Amazon

Du haut du Mont-Survie, Oto admire chaque jour la forêt qui l’encercle à perte de vue. Elle est si belle qu’il en oublierait presque ce qui se tapit sous les arbres. Mais lorsque la montagne s’endort, que les lumières s’éteignent et que les voix s’effacent, le vent résonne d’un chant inhumain, effroyable : le gémissement des limbes, les victimes de l’épidémie. Bientôt, Naha devra passer plusieurs jours et plusieurs nuits dans la forêt. Oto refuse de rester cloîtré en espérant le retour de celle qu’il aime plus que tout. Quitte à être une proie de plus, il va sortir lui aussi.

Puisque j’ai préféré sauter sur Sang de Pirate, je pouvais librement postuler pour l’autre titre qui me tentait dans la liste Masse Critique. … Devinez quoi ?

Les tomes de séries suivies mais pas-encore-commencées
(sur lesquels j’ai donc pas grand-chose à dire)

Calendar Girl, tome 5 – Mai

A chaque mois son nouveau tome de Calendar Girl.

En VO – Body Shop Bad Boys, tome 2 – Roadside Assistance et tome 3 – Zero to Sixty

Bon alors à en croire son site, l’auteure elle-même ne semble pas savoir si le 4e tome est le dernier ou pas. Pratique, quand on a pour habitude de ne lire les séries qu’une fois celles-ci terminées…

Moana, tome 2 / 3 – Le bateau vagabond

Le troisième et dernier tome est prévu pour le 4 Juillet.

Le dernier apprenti sorcier, tome 5 – Les disparues de Rushpool

Parce qu’Amazon ne le propose plus en neuf et que ma Fnac l’avait en rayon.

Les écorchés, tome 4 / 4 – Révolte

Et une série terminée, une !

Sorcières Associées, tome 2 – L’échiquier de jade

« Surprise, c’était pas un one-shot ! »
Bon, ben ok…

Hors-catégorie

Mes marque-pages à colorier – Papillons
loisirs créatifs
54 pages

Acheter ce livre sur Amazon

54 marque-pages à colorier pour se détendre et s’évader, à offrir ou à s’offrir !

Arrivé tellement à la bourre que je l’avais oublié…

Côté photo…

… mon téléphone a rendu l’âme, me privant ainsi de mon appareil photo d’appoint. Il a fallu me rabattre sur un modèle bas de gamme pour le remplacer faute de pouvoir faire autrement… inutile de dire que la fonction photo de celui-ci est complètement aux fraises. Et surtout sans stabilisation, comprenez « inutilisable si vous n’avez pas les deux coudes sur une table et zéro tremblotte ».
Bref, pour pouvoir continuer à faire des photos partout tout le temps sans trimballer mon bridge (un demi-kilo qui n’aime pas la basse lumière), Chéri m’a avancé un petit compact Sony. De quoi récupérer le capteur Exmor-R qui me manquait tant et la stabilisation à toute épreuve du constructeur, avec en prime un petit zoom qui risque de s’avérer utile en festival.

Les deux premières photos ont été prises avec le bridge, les autres lors du test du compact.
En parlant de fraises…

Tiny, tiny flower by Poison, sur Flickr

Roses by Poison, sur Flickr

Elder tree flowers by Poison, sur Flickr

Côté dolls…

… sont arrivés Kendall, le craquage absolu du mois dernier (a.k.a mister « coucou je sors de nulle part et je plombe ton budget ») et Kurat, un résineux très spécial qui représente mon attachement envers le hardstyle et tout ce qu’il m’a apporté.

En photo, je n’ai juste pas eu le temps ni la santé à faire grand-chose ce mois-ci. Un portrait tout simple d’Alvira, une photo bof de Kendall qui n’aurait pas figuré ici s’il n’y avait pas eu de la place, un portrait-test d’Alma avec le compact…

… et bien évidemment le photoshoot d’arrivée de Kurat.

Quelques explications à son sujet, celui-là étant un peu plus qu’un bel objet ou un support de création.

Kurat a été commandé fin Décembre, alors que j’avais assez de sous soit pour me le payer (en six fois hein, faut pas déconner), soit pour aller au Qapital. Mais ne pouvant aller seul.e nulle part à cause de mon handicap et Monsieur n’aimant vraiment pas le raw, celui-ci m’a carrément encouragé.e à prendre la doll… Connaissant à quel point il déteste ce hobby, ça vous donne une idée xD
J’ai voulu que le perso hérite de ma passion pour le hardstyle. A cause des circonstances de son acquisition, je me suis dit qu’à chaque fois que je serais deg’ ou tristoune ne ne pas pouvoir aller à tel ou tel festival (ce qui arrive bien évidemment assez souvent), je n’aurais qu’à le sortir de sa boîte et faire des tofs pour voir les choses de façon plus positive. Mais aussi parce que c’est une façon de partager ma passion et les sentiments extraordinaires qui y sont associés. Ça va bien au delà de la musique en elle-même.
J’ai pu aller à l’étranger, dans ces festivals gigantesques que je pensais ne jamais pouvoir vivre ; y oublier totalement le monde réel et le moindre problème, ne faisant plus attention qu’au son des kicks et au du ballet des lumières. J’ai pu être quasiment au pied de mes idoles, à à peine deux mètres d’eux. Ultratimide et phobique du dérangement, j’ai réussi à interagir avec eux sur les réseaux sociaux. J’ai encore du mal à réaliser le chemin parcouru, au propre comme au figuré, tous ces rêves devenus réalité.
Grâce au hardstyle, j’ai aussi rencontré des gens vachement chouettes. Certains locaux (des DJs de ma propre ville, des compagnons de voyages, des rencontres de soirée), d’autres beaucoup plus lointains (comme cette autre fan des SZP qui vit… au Brésil). Un truc que j’ai très vite remarqué, c’est que les amateurs de hardstyle sont globalement très gentils. Peu importe la nationalité, on se rassemble tous pour écouter la même musique qu’on aime, sauter au son des kicks, parfois chanter (et croyez-moi, quand 30000 personnes entonnent Let it go ou Zombie ensemble, ça colle des frissons et/ou les larmes aux yeux). La musique est un langage universel, n’a pas de frontières. C’est ce que signifie avoir un « orange heart » : aimer le hardstyle, peu importe d’où l’on vient.

Et c’est ce que j’avais envie de partager.

Kurat – Orange Heart (a tribute to hardstyle) by Poison, sur Flickr

Sinon, il y a une seconde histoire derrière Kurat, ou plutôt derrière son nom. Il y a de ça quelques temps, Monsieur m’avait codé une appli pour m’aider à organiser des stats sur mes dolls. En guise d’exemples, il a utilisé quelques noms qu’il connaissait et des mots random, dont « Poireau ». Pour déconner, je lui ai promis que le prochain hériterait de ce nom-là. Manque de bol, le suivant a été Karel, l’incarnation d’un des persos de Snowfrost. Mais j’ai gardé l’idée au chaud.
Finalement, comme aucune idée de prénom ne s’est imposée naturellement, j’ai ressorti cette vieille histoire. D’autant que si j’avais promis d’utiliser le mot, je n’avais pas précisé dans quelle langue… et j’imaginais le perso égyptien. Coup de bol, « poireau » en égyptien fait un prénom tout à fait po(r)table, ce qui est loin d’être le cas dans d’autres langues.
… Voilà, maintenant, VOUS SAVEZ xD

About the author

Svetlana Mori
Auteur.e de romance fantasy et paranormal romance. Amateur.ice de dolls, livres, hardstyle, jeux vidéo, Domino's pizza, metal, shipspotting, courses NASCAR, etc. #TeamFuret

Commentaires

Un commentaire sur “Bilan de Mai 2018”

  1. Pan dit :

    Heyyy super article! Dans les livres que tu proposes si je ne devais en choisir qu’un ce serait Lady Susan! D’ailleurs je l’ai ajouté à ma wishlist (aka j’ai fait une capture d’écran lol), sinon gros coup de coeur pour les marques page à colorier, je ne connaissais pas du tout et je les veuuuuuuux!!! Et je dois t’avouer quelque chose… Kurat m’a troublé, je n’ai pas pu regarder trop longtemps la photo car j’avais l’impression qu’il me draguait! Il est magnifique alors ça me gênait un peu!! Je n’ai pas l’habitude, mon copain est moins envoûtant (lui dis pas que j’ai dit ça!)

Poster un commentaire

Please note: Comment moderation is currently enabled so there will be a delay between when you post your comment and when it shows up. Patience is a virtue; there is no need to re-submit your comment.

You must be logged in to post a comment.